Tous les articles par scieman

You Can Always Do Better At City House Furniture (2ième partie)

Ah ce moment, où une fois le travail de restauration terminé, on se voit confirmé dans sa décision de sauver une pièce abandonné aux éboueurs sur la rue.  Oui, en ramassant ce meuble je me donnait du travail supplémentaire, mais oh que ça a valu le coup.

IMGP2265

Les placages de bois fins d’acajou du dessus et de ronce de noyer noir des tiroirs ont repris tout leur éclats, eux qui étaient ternis et bruni par le temps et leur vieux vernis. J’ai pris la décision de teindre noir les côtés du meubles car ces derniers était fait en un bois moins noble (probablement du merisier) et teint d’une teinture brune pour l’assortir avec le reste du meuble. L’étape du décapage aura fait mal à cette teinture qui aura perdu son but d’unité avec le reste car franchement les côtés, une fois décapés, étaient laids. J’ai choisi le noir car j’ai souvent vu des meubles art-déco décoré de cette façon pour mettre en valeur des beaux placages de bois.

Bref, une belle réussite, qui égaye maintenant notre salle à manger, et que nous utilisons pour ranger, nappes, napperons et serviettes de tables.

IMGP2272

You Can Always Do Better At City House Furniture

Tout a commencer lorsque je l’ai vu du coin de l’œil, épave trainant sur le trottoir attendant qu’on s’occupe de lui;  J’ai pas de photo relatant l’événement.  Des épaves, bonne pour le site d’enfouissement il y en a souvent dans Hochelag, charmant quartier dont les rues ressemble parfois à un écocentre à ciel ouvert, odeur de levure en prime.

Mais là c’était différent, j’avais trouvé une petite perle qui avait besoin d’attention.

Or avais je assez en moi d’attention à lui fournir?  C’était du travail que je me rajoutais si je la ramenais à la maison.

C’est donc sur un coup de tête que cette commode de style « waterfall » s’est retrouvé dans mon atelier.

IMGP2118

C’est les placages des tiroirs en ronce de noyer qui ont fait penché la balance.   Ils sont en bon état et après un décapage et une nouvelle finition du meuble ils ressortiront dans toute leur gloire, d’autant plus que le fini du dessus du meuble est écalé par endroit et qu’il est donc obligatoire de tout refaire.

IMGP2119

IMGP2120

 

2 tiroirs sont à réparer, rien qui peut m’énerver comme je suis ébéniste.  Mais une tâche qui peut décourager plus d’un de conserver un beau meuble encore en bonne condition.  J’ai dailleurs vu que de la colle chaude a été utilisé dans une tentative de réparation du tiroir du haut.

Détail historique intéressant, au verso on peut y voir une inscription du vendeur/fabricant de cette commode.

IMGP2121

L’inscription se lit:

« You can always do better at

City House Furniture

Incorporated

259 St. Catherine st. W.

corner Jeanne-Mance

Montréal Que »

Tout dabord, l’adresse nous indique que le magasin se trouvait sur le site de la Place Des Arts, Coin Ste-Catherine et Jeanne Mance, sur l’actuelle place des festivals.  Ce qui date ce meuble au plus tard à la fin des années 50.  Ce magasin fut le premier à Montréal à offrir des meubles payable à la semaine.  On pouvait meubler sa maison à raison d’un ou deux dollar par semaine en 1939…  :-)

On peut voir une annonce classé de 1939 de ce magasin à cette adresse:

http://news.google.com/newspapers?nid=1946&dat=19390324&id=XYwjAAAAIBAJ&sjid=p5gFAAAAIBAJ&pg=3700,4784350